Un peu d’Histoire – Arancou

 

L’église de l’Assomption de la Vierge Marie d’Arancou est la soeur jumelle de l’église Saint Jacques de Viellenave. Elle furent construites à la fin du XIIIème siècle, sans doute par Arnaud-Guilhem Ier de Gramont, ainsi que les prieurés-hôpitaux y attenants. A Arancou la maison l’Espitau rappelle par son nom cette vocation première qui était de loger les pèlerins de St Jacques de Compostelle. En contrebas de l’église, le lavoir Galharret. Il est alimenté par un ruisseau qui prend sa source de l’autre côté de la route, puis contourne  l’église sous terre et jaillit au pied de l’église.

 

L’entrée se fait par un portail au cintre brisé refait en 1613. Dans la nef unique de trois travées, les chapiteaux supportent une belle voûte de cinq pans coupés. La jolie statue en bois doré représentant la vierge qui tient  son fils sur la hanche, date probablement du XVII siècle.

 

Au sol, dans le choeur, une mosaïque reprend le motif d’un chien poursuivant un lièvre, tel que l’on peut aussi voir à Sorde l’abbaye, dans un style très roman.

 

 

 

 

La cuve baptismale à l’intérieur s’orne de la marguerite à six branches dans un cercle, souvenir du paganisme et du dieu solaire. Elle sert aussi de bénitier.

 

 

 

 

Sources
Portail de la Commune d’Arancou – site officiel
Des travaux et des jours en piémont pyrénéen – Jean Robert