Un travail de vérité

« Un travail de Vérité »

La révélation des abus sexuels dans l’Église catholique de France a, à juste titre, profondément choqué l’opinion publique…
Afin que toute la lumière soit faite sur ce fléau, l’Église, par la voix de la Conférence des évêques de France (CEF) et de la Conférence des religieux et religieuses de France (CORREF), a demandé à Jean-Marc Sauvé, ancien vice-président du Conseil d’État, de constituer et de présider sur ce sujet une commission indépendante qui a été mise en place en février 2019.
Cette commission indépendante a travaillé trois ans ( auditions de victimes et collecte d’informations ) pour établir, dans un travail de vérité, un état des lieux des agressions commises par le clergé depuis les années 1950.
La CIASE (Commission Indépendante sur les Abus Sexuels dans l’Eglise), ne prétend pas guérir le mal qui a été fait, ni se substituer à la justice, aux services médicaux et sociaux ou aux associations œuvrant, par l’écoute ou le soin, à la prise en charge des victimes et des auteurs d’abus sexuels.
Son ambition est d’entendre, comprendre, prévenir et proposer, publiquement, de nouvelles voies pour en sortir.

Voici un communiqué que l’évêque de Bayonne nous adresse :

« Chers Frères et Sœurs, nous prions ce dimanche pour les personnes victimes d’abus sexuels sur mineurs.  Mardi prochain, le 5 octobre, le président de la CIASE, remettra publiquement aux évêques de France et aux supérieurs des congrégations religieuses le rapport que l’Eglise lui a commandé, il y a 3 ans. Ce rapport va présenter un tableau de ces faits terribles de pédophilie, analyser la manière dont l’Eglise les a traités et faire des recommandations.
Pour leur part, les évêques se sont mis à l’écoute des personnes victimes et ont pris en mars dernier toute une série de décisions supplémentaires qu’ils ont présentées à tous les fidèles dans une lettre aux catholiques de France. Nous sommes engagés dans la mise en œuvre de ces mesures nouvelles pour faire de l’Eglise une maison plus sûre.
La publication du rapport de la CIASE va être une épreuve de vérité et un moment rude et grave. Nous allons recevoir et étudier ces conclusions pour adapter nos actions.
Je vous tiendrai informé car cette lutte contre la pédophilie nous concerne tous. C’est dans une attitude de vérité et de compassion que j’invite chacun d’entre vous à recevoir le contenu de ce rapport.
Mais avant tout, nos pensées, notre soutien et nos prières vont continuer d’aller vers toutes les personnes qui ont été abusées au sein de l’Eglise.
Que le Seigneur de justice et de miséricorde nous conduise sur le chemin d’une vie nouvelle.»

 Mgr Marc AILLET